Les exploitations avicoles enfreignent régulièrement les règles de bien-être animal et de sécurité alimentaire

Les entreprises de la filière de la viande de volaille ne respectent pas régulièrement les règles relatives au bien-être des animaux et à la sécurité alimentaire. Les animaux n’ont souvent pas assez de nourriture et d’eau potable. De plus, comme il y a trop peu de litière sèche dans les maisons, ils sont plus susceptibles de souffrir d’ulcères douloureux aux jambes. Une fois à l’abattoir, il y a un risque élevé que les volailles ne soient pas correctement étourdies avant l’abattage. C’est ce qu’indique l’Autorité néerlandaise de sécurité des aliments et des produits de consommation (NVWA), qui souligne également que les éleveurs de volaille ne respectent pas toutes les règles relatives à l’utilisation des antibiotiques. Rob van Lint (inspecteur général NVWA) reconnaît que le secteur a fait quelques pas dans la bonne direction ces dernières années, mais il parle toujours d’un tableau inquiétant. “Le respect des lois et des règlements par les entrepreneurs de plusieurs chaînes est insuffisant ou les règles sont délibérément enfreintes. La NVWA va être plus stricte, déclare la ministre de l’agriculture Carola Schouten. Elle veut améliorer le secteur de la volaille et prévoit de conclure des accords à ce sujet dans un avenir proche.